Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 13:10

DE L'OMBRE A LA LUMIERE

C'est avec une certaine émotion que nous avons accueilli le Président du Département de la Charente Maritime, Président que je n'ai pas pu rencontrer depuis presque 20 ans malgré mes demandes. Certes j'ai été reçu par son premier vice président en 2008 après les élections municipales. Au cours de cette rencontre je lui ai appris que la Vendée par Monsieur DE VILLIERS, faisait la déviation de Moreilles et de Puyravault.

Ce tronçon routier faisait parti des alternatives que je défendais pour désenclaver notre secteur.

Sans vouloir refaire un historique je me dois de rappeler le chemin parcouru ces dernières années.

Tout le monde sait mon obstination à défendre notre territoire depuis 1992 et plus activement depuis 1998.

Avec l'abandon de la liaison 2x2 voies Sainte Hermine-La Rochelle en 1994, et la non inscription de ses variantes même pas débattues en conseil municipal à Marans, le principe d'une autoroute concédée a été inscrit au Schéma directeur des Routes Nationales : le projet A831 entre Rochefort et Fontenay le Comte.

Je veux aussi rappeler qu'en 1997, le Projet de Développement Urbain de la CDA prévoyait dejà une deuxième rocade. Abandonnée par La Rochelle, son Maire en reparle aujourd'hui !

Après la réactivation d'une association, l'ASEMA, en décembre 1998, dont la présidence m'a été confiée, nous avons fait des actions pour faire prendre conscience de notre problème local. Ce n'était pas une demande personnelle puisque le 16 avril 1999, nous avons fait une première manifestation dans Marans réunissant environ 1000 personnes. Puis des comptages précis ont été réalisés à partir de Juin 1999 jusqu'en 2004.

En 1999 et 2000, lors de Visites aux Ministères parisiens, il m'a été confirmé la position suivante : « L'unanimité des élus demandent l'A831. Nous ne pouvons que l'inscrire au schéma directeur mais il faudra que ce projet soit conforme aux règles environnementales et qu'il soit financé sachant qu'étant déficitaire, les collectivités devront participer au financement. Quant à l'Etat, sa participation ne dépassera pas 50%. » Pour moi, le projet était mort-né. De plus, le Ministère de l'Ecologie d'alors refusait de donner son accord pour que les poids lourd et les transports dangereux traversent le pont du Brault en raison de risques de pollution de la Baie de l'Aiguillon et me demandaient d'insister pour faire réaliser le contournement de Marans.

C'est la raison pour laquelle, ayant informé les marandais de la situation, et toujours tous courants politiques confondus, nous avons continué à faire valoir notre demande de contournement de Marans et ce, indépendamment du projet autoroutier.

Je tiens aussi à revenir sur un épisode en date de décembre 2000, où après un survol en hélicoptère, le Président de Région Monsieur Jean Pierre RAFFARIN avait décidé de participer pour 35% au contournement de Marans en déclarant cet accès d'intérêt régional. Malheureusement, cette route étant de compétence départementale, et à cause du Président BELOT, dès le lendemain, il était obligé de revenir sur sa proposition.

Lors d'une présentation publique, le Préfet d'alors, Monsieur LEYRIT, avait déclaré que le trajet moyen des poids lourds était de 70kms, ce qui confirmait que tous les transports sont et seront donc en transit dans la traversée de Marans.

Puis vint juillet 2005 avec la Déclaration d'utilité publique.

L'analyse de la lettre du Ministre DE ROBIEN confirme que ce sera OU l'A831 OU les alternatives dont la déviation de Marans. Le combat continuait et se justifiait encore plus pour le Contournement Court de Marans.

C'est ainsi que les élections se sont transformées en joute électorale pour ou contre le contournement court de Marans.

En 2010, par courrier du 27 septembre, la Présidente de la Région Poitou Charentes, Madame SEGOLENE ROYAL me confirmait qu'elle se rangeait derrière la position gouvernementale soutenant ainsi la réalisation de l'A831 et confirmant que le contournement de Marans ne dépendait que du département de la Charente Maritime.

En Novembre 2010 avec l'aménagement de la route du pont du Brault permettant d'éviter Marans entre Nantes et La Rochelle, la Vendée par son Président d'alors modifiait les données de base du dossier autoroutier. C'est la raison essentielle qui a fait que la prorogation de la DUP de l'autoroute devenait impossible car cette route n'était même pas envisagée d'être étudiée avant 2020. Toutes les études de trafic devenaient caduques.

En Avril 2012, avant les élections présidentielles et législatives, nous avons été réunis au siège de la Communauté de communes. Refusant les comptages approximatifs faits, une nouvelle campagne a été réalisée en juin et juillet. Les résultats nous ont été communiqués avec des projets chiffrés. Nous devions être réunis en septembre 2012 et sommes toujours dans l'attente.

Le 2 octobre, nous avons eu l'immense plaisir de recevoir le Président de la Charente Maritime. Il est vrai que des élections régionales se profilent.

Avant les dernières élections départementales, nous avions lu dans la presse que tant qu'il serait Président, il n'y aurait pas de déviation de Marans. Aussi j'ai vécu cette visite comme celle d'un preneur d'otages qui venait annoncer à ses otages qu'ils seraient bientôt, peut- être, libérés !

Tout en gardant une pensée émue pour toutes les victimes de cette situation, j'espère sincèrement mais pas naïvement que les Marandais passeront bientôt de l'ombre à la lumière.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel MAITREHUT - dans CONTOURNEMENT DE MARANS