Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 12:14

Conseiller Municipal, çà sert à quoi ?

Conseiller Communautaire, çà sert à quoi ?

 

Dans le premier cas, à part siéger au Conseil Municipal (tous les 3 mois à Marans) et avec seulement 3 élus sur 27, c'est vivre dans une situation de « cause toujours, tu m'intéresses ». Nous ne pouvons que laisser des traces dans les Comptes rendus des Conseils, Comptes rendus qui seront utiles lors des prochaines échéances électorales.

Ceux qui croient que nous y exerçons un pouvoir, se trompent. Nous ne pouvons que contrôler, nous opposer ou suivre les décisions.

En ce qui me concerne, ma position est claire : aider à réaliser ce qui peut être utile à notre collectivité et empêcher le plus possible ce qui ne l'est pas. C'est ainsi que par exemple, je suis intervenu pour que la base nautique reste d'intérêt communautaire et non municipal.

 

Dans le second cas, je siège dans de nombreuses commissions et autres instances. Ma voix a la même importance que celle du Maire de Marans. J'y suis donc très présent et c'est ce qui a permis entre autre d'avoir notre nouvelle déchetterie à Marans. Je sais et suis fier qu'elle fasse l'unanimité. Elle sera à mettre à notre crédit pour les prochaines élections municipales.

 

Enfin quant à ceux qui pensent que nous ne faisons que de la figuration, ils pourront consulter mon agenda semaine après semaine. J'y noterai mes synthèses de la semaine passée et mes prévisions pour la semaine à venir.

 

Je fais tout cela bénévolement car je dois être le seul à siéger autour de la table du Conseil Communautaire à n'être ni Adjoint au Maire, ni Maire, ni Vice-président de la CDC.

 

Repost 0
Published by Michel MAITREHUT - dans pour marans
commenter cet article
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 07:42

Senatoriales-declaration.JPG

J'avais peur que les Elections Sénatoriales de cette année se réduisent à une confrontation Droite Gauche (on pourrait dire une entente)

Comme je le désirais, une autre liste devait y être présente, une liste de RASSEMBLEMENT.

Je n'étais pas le seul à la vouloir, la preuve puisque cette liste s'est annoncée avec à sa tête: Jean Pierre TALLIEU, Maire de La Tremblade, Président de la CARA (agglomération de Royan), Vice président du Conseil Général de la Charente Maritime.

Elle est composée de personnes du Centre Droit, du Centre et du Centre Gauche.

J.P. TALLIEU m'a honoré de sa confiance en me demandant d'être le cinquième de la liste ce que j'ai accepté.

Cette position n'est pas éligible, là n'est pas ma motivation, mais elle permet de porter la parole du Nord du département auprès des instances Sénatoriales (donc Nationales).

Quand on sait que le Sénat est la représentation du territoire, vous comprendrez pourquoi je tiens tant à ce que le Nord Aunis y ait un interlocuteur.

 

Repost 0
Published by Michel MAITREHUT - dans pour marans
commenter cet article
13 juillet 2014 7 13 /07 /juillet /2014 13:25

Je suis surpris de constater que le négatif prime sur le positif.

Comment peut-on envisager de sortir notre pays et ses habitants des difficultés de tous les jours avec un tel état d'esprit ?

Certains ironisent quand je me déclare Proposant plutôt qu'Opposant.

Les mêmes me jalousent quand je fais avancer certains dossiers dans l'intérêt de tous, ou quand mes relations me permettent de faire valoir nos arguments.

Je suis présent et je travaille c'est tout (et bénévolement en plus).

J'invite toutes les bonnes volontés à me suivre et à en faire autant.

Nous y gagnerions en efficacité et multiplierions ainsi les garanties de succès.

La campagne (municipale) électorale est terminée et il serait temps d'y songer.

Personnellement, je trouve l'ambiance des conseils évoluer et je m'en réjouis.

Rien ne me fera changer ma ligne de conduite et les marandais le savent.

Il y a longtemps que j'ai laissé mon égo de côté et invite ceux qui me critiquent à en faire autant.

Beaucoup de dossiers nous attendent et nous devons rester soudés (sans sectarisme) pour que l'intérêt de tous soit le mieux défendu.

J'y crois encore.

 

Repost 0
Published by Michel MAITREHUT - dans pour marans
commenter cet article
21 juin 2014 6 21 /06 /juin /2014 13:43

Nous avons voté et qu'on soit pour ou contre, des délégués sont élus pour désigner les futurs Sénateurs.


Des notables plus ou moins désignés, vont ainsi devenir ou rester Sénateurs pour représenter le Territoire.


Malgré la volonté de De Gaulle de supprimer cette Haute assemblée, elle existe toujours sans que les Français en comprennent encore le fonctionnement.


Dans notre département, 3 sénateurs vont être élus à partir des candidatures proposées (par les partis).


Ils vont être élus par une majorité de délégués « Sans étiquette » ou « Indépendants ».


Pour l'instant, les seules listes au nombre de 2 qui vont être en lice sont soit de Gauche, soit de Droite.


Les « Sans étiquettes » et les « Indépendants » doivent donc se retrouver dans une de ces deux listes.

 

  • Soit ils l'acceptent et dans ce cas ils ont caché leur appartenance à leurs concitoyens au cours des élections précédentes,

  • Soit une troisième liste de candidats « Sans étiquette » ou « Indépendants » doit exister.

 

Ne me reconnaissant pas dans les listes présentées, j'aimerais qu'une autre liste de candidats nous soit proposée.

 

A défaut, les délégués « Sans étiquette » ou « Indépendants » pourraient aussi faire un vote de protestation.

Repost 0
Published by Michel MAITREHUT - dans pour marans
commenter cet article
11 mai 2014 7 11 /05 /mai /2014 07:23

Ce COMPTE RENDU est rédigé en fonction de l'intérêt que peuvent y apporter les marandais sans oublier qu'à terme, l'importance de la CDC sera primordiale pour TOUTES les décisions locales.

 

Après que le Maire d'Angliers ait présenté sa commune, le Président a ouvert la séance.

 

1/BUREAU COMMUNAUTAIRE :

composé du Président, des Vice présidents et des Maires , soit 21 membres. Marans est représenté par Thierry BELHADJ et Jean Marie BODIN.

 

2/COMMISSIONS :

Au vu des candidatures arrivées en nombre, le Président a proposé de désigner dans un premier temps les élus siégeant à la CDC laissant le complément à la décision des différents conseils municipaux. Sachant que nos chances seraient réduites voir nulles d'avoir la chance de voir participer les 2 autres conseillers de la liste à ces commissions, j'ai voté CONTRE cette décision. J'étais le seul.

 

P.BLANCHARD questionnait sur le fait qu'il n'était pas question de Mutualisation dans ces commissions, ce que je relayais en y ajoutant aussi le fait qu'il manquait aussi les Travaux, Entretien et Personnel communautaire.

Qui va suivre les investissements, les entretiens des bâtiments communautaires et la politique du personnel communautaire dans la phase du développement de l'intercommunalité ?

 

Dans la suite de mon compte rendu, je ne cite que les Présidents des commissions et les représentants de Marans ;

 

A/ ENVIRONNEMENT-DEVELOPPEMENT DURABLE-TOURISME : M.BOISSEAU

  • Mme GALLIOT – M.MAITREHUT

B/ VIE SOCIALE : D.PETIT

  • Mme JOURDAIN – M.MAITREHUT

 

C/ AMENAGEMENT DE L'ESPACE : M.BODIN

  • M.JARDONNET – M.MAITREHUT

 

D/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE : M.GALLIAN

  • M.BELHADJ – M.MAITREHUT

 

E/ SPORT & CULTURE: Mme AMY MOIE

  • M.BOUJU – M.MAITREHUT

 

F/ PETITE ENFANCE : Mme BOIREAU

  • Mme JOURDAIN

 

G/ COMMUNICATION : M.SERVANT

  • M.JARDONNET

 

H/ FINANCES: M.SERVANT

  • M.MAITREHUT

 

 I/ APPEL D'OFFRES :

  • Titulaire : M.BOUJU

  • Suppléants : M.JARDONNET – M.MAITREHUT

 

PAYS D'AUNIS : Il fallait 21 titulaires et 21 suppléants. (20+1 en plus pour Marans)

 

Comme TB présentait une candidate (Mme GALLIOT) de sa liste JMB et Moi même nous sommes présentés.

Ont été élus titulaires M.BELHADJ et Mme GALLIOT.

    De même pour les suppléants TB présentait un candidat M.JARDONNET.

    Ont été élus suppléants : M.BODIN et M.MAITREHUT.

     

    Puis on est passé aux représentants de la CDC dans les différents organismes suivants :

     

    SMIC 17 (Syndicat informatique) : M.BODIN en suppléant ;

    Mission locale La Rochelle-Ré-Pays d'Aunis : Mme JOURDAIN,

    Solidarité Pays Marandais : Mme JOURDAIN,

    Centres Sociaux (Canton de Courçon/Canton de Marans):Mme JOURDAIN,

    C.N.A.S. : 0

    SIMAFEX – Commission de suivi de site : délégué titulaire M.MAITREHUT,

    UNIMA : 0

    Conseil d'Administration du Collège de Courçon : 0

    Conseil d'Administration du Collège Maurice Calmel de Marans:0

    SMICTOM (poubelles) : 6 titulaires dont M.BODIN et M.MAITREHUT et 6 suppléants.

     

    FIXATION DES INDEMNITES DES ELUS :

    Je me suis abstenu (seul) ne voulant pas cautionner des choix sur lesquels je n'ai aucun pouvoir. 

    Les indemnités d'élus ne sont pas ma tasse de thé.

     

    RESSOURCES HUMAINES – GRATIFICATION DES STAGIAIRES :

    Plafonné à 12,5% du plafond horaire de la Sécurité Sociale : Voté à l'unanimité

     

    SPORT – Réhabilitation du gymnase de Courçon :

    Plan de financement actualisé pour un total de 832 922,5 Euros : Voté à l'unanimité

     

    CULTURE – Validation de la programmation culturelle 2014 :

    Cette programmation initiée avant les élections est acceptée après avoir été revue à la baisse pour la Compagnie l'Homme Debout.

    J'ai fait remarquer le coût élevé de certaines prestations au regard de mon expérience.

    Sauf erreur de ma part, je trouve par ailleurs que des frais sont minorés pour la SACEM SACD.

     

    DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE – Les Morines – Fixation résiduelle des Baux :

    Après présentation, les autorisations ont été données au Président pour engager les procédures de Vente pour une partie et de rédaction des baux pour 3 accédants.

     

    Fixation des prochaines réunions du Conseil Communautaire :

    Mercredi 28 mai à Benon et Mercredi 9 juillet à la Briquetterie de La Grève sur le Mignon.

     

    Une réunion de la Commission ENVIRONNEMENT-DEVELOPPEMENT DURABLE-TOURISME est prévue le 20 MAI à 18H30

     

    Le Président a ensuite donné la parole au Maire de CHARRON pour exposer le problème de mortalité des moules.

    A l'issue de la réunion en préfecture, il ressortirait que le problème viendrait des conditions climatiques exceptionnelles mais ce ne serait pas les seules.

    Une décision de déclaration de calamité naturelle est attendue pour indemniser les exploitants.

    Les pertes vont de 88 à 99%.

    Le département exonèrerait les entreprises et dédommagerait la commune de CHARRON du manque à gagner.

     

    La fête MOUL'STOCK est maintenue le 7 juin même s'il n'y a pas de moules.

     

     

    Conclusions :

    Cette réunion a fait l'objet de nombreux votes pour répondre aux impositions préfectorales.

    Il y est difficile de s'y faire une place, malgré tout je suis présent dans les endroits essentiels et espère que les différentes commissions ne se tiendront pas simultanément. Ma présence dans de nombeuses commissions a été remarquée par les marandais présents.

    La majorité municipale marandaise actuelle n'est pour moi, pas assez présente dans la CDC (du moins le Maire de Marans). Sa présence est pourtant essentielle pour aider à accélérer la mutalisation des moyens et éviter des augmentations d'impôts.

    Après entretien avec différents responsables de la CDC, il n'est pas exclus d'une participation par cooptation de mes deux co-listiers dans l'avenir, du moins j'y compte.

     

     

    Repost 0
    Published by Michel MAITREHUT - dans pour marans
    commenter cet article
    21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 08:00

    COMPTE RENDU REUNION CDC DU 14 AVRIL 2014

     

    1/INSTALLATION DU CONSEIL DE COMMUNAUTE

     

    2/ELECTION DU PRESIDENT :

    3 CANDIDATS : Thierry BELHADJ, Patrick BLANCHARD, Jean Pierre SERVANT.

    Après une présentation des candidats, le vote a eu lieu et première déconvenue pour TB ;

    TB:5 voix, PB : 12 voix, JPS:23 voix. SERVANT élu.

     

    3/PROPOSITION DE 6 VICE PRESIDENTS : 33 OUI ; 6 NON ; 1 BLANC

     

    4/ELECTION DES VICE PRESIDENTS :

     

    ENVIRONNEMENT TOURISME : 2 CANDIDATS

    Jérémy BOISSEAU Maire de Charron et TAUPIN Maire d'Angliers ;

    BOISSEAU:24 voix, TAUPIN:16 voix

     

    VIE SOCIALE : 1 CANDIDAT

    Denis PETIT, Maire de St Jean

    Elu avec 32 voix et 1 Nul et 1 Blanc

     

    AMENAGEMENT DE L'ESPACE :3 CANDIDATS :

    T.BELHADJ , VENDITOZZI Maire de Villedoux et... J.M.BODIN.

    Ce dernier m'ayant fait part de sa candidature, je n'ai pas voulu participer à un combat marando marandais devant toute la communauté.

    Au troisième tour, BODIN a été élu avec 15 voix devant BELHADJ et VENDITOZZI qui ont eu chacun 12 voix.

    Deuxième déconvenue pour TB.

     

    DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE :

    Le président présente le Maire de La Grève sur le Mignon : GALLIAN et.. TB se présente à nouveau.

    Résultat : GALLIAN 32 voix, TB 6 voix et 2 blancs

    Troisième déconvenue pour TB devant ses troupes.

     

    SPORT CULTURE :

    Le président présente le Maire d'Andilly : FAGOT. La mairesse de St Ouen V. AMY MOIE se présente.

    AMY MOIE 20 voix et FAGOT 19 voix pour un blanc

     

    PETITE ENFANCE :

    1 candidate, la mairesse de Courçon : BOIREAU

    Elue avec 30 voix et 10 blancs

     

    Conclusion :

    Il n'y avait pas de quoi être fier d'être marandais.

    J'ai informé le nouveau bureau de ma participation dans la majorité des commissions et ai préparé une ouverture pour mes colistiers dans des commissions élargies. Cela ne semble pas impossible.

     

    Repost 0
    Published by Michel MAITREHUT - dans pour marans
    commenter cet article
    10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 20:21

    Il y a eu le Syndicat d'Initiative de Marans : Entité réelle et utile, soucieuse du développement de la commune de Marans.

    Puis il y a eu l'Office de Tourisme de Marans, qui a continué le travail en liaison avec le Département. L'ambiance y était conviviale avec le réel soucis de faire connaître Marans.

    2008 est arrivé avec la politisation des décisisons.

    La mairie ayant changé, l'Office de Tourisme étant sous la direction et le contrôle de l'ancienne municipalité, la dualité s'est installèe au détriment de l'intérêt de Marans. L'Office de Tourisme est devenu celui du Pays Marandais, diluant Marans dans le canton. Les intervenants avaient déjà du mal à présenter notre ville ayant des obligations par ailleurs pour vendre des billets pour Le Puy du Fou, l'Aquarium et autres animations qui n'ont rien à voir avec notre ville.

    Je savais qu'on allait au fiasco et l'ai dénoncé en son temps.

    Pour continuer dans l'aberration, le Département à choisi de faire encore plus grand: L'Office de Tourisme Aunis Marais Poitevin.

    Cela me rappelle la Fable : La Grenouille et le Bœuf.

    On a embauché à grands frais.

    Marans est maintenant noyé dans le pays d'Aunis. Et voilà le résultat.

    1/ Ma compagne Charlène ayant dénoncé cette situation, n'a pas voté la dissolution de l'Office de Tourisme de Marans et n'a pas cotisé à cet Office de Pays n'y voyant aucun intérêt: son hébergement n'existe plus pour cet office (ni pour Marans). Heureusement, comme elle est entreprenante, elle s'est organisée et a rempli ses chambres par d'autres moyens. Elle a même amélioré ses résultats. Pendant ce temps, les autres hébergements sont vides ou presque et sont dans l'attente des clients de « l'Usine à Gaz ».

    2/ Un repreneur d'affaire commerciale à Marans est allé à cette « Usine à Gaz » et demandant s'il y avait des chambres d'hôtes à Marans, il lui a été répondu qu'il n'y en avait pas. Il s'est donc mis en quête de trouver un lieu pour en faire par l'intermédiaire d'Agence Immobilière et est tombé sur moi...

    3/ Charlène envoie systématiquement les clients qu'elle ne peut accueillir (parce que son établissement est complet) dans les autres chambres d'hôtes de Marans. Mais voilà, si sur le chemin les voyageurs ont l' idée de s'arrêter à « l'Usine à Gaz », ces derniers leur font changer de route et les « chassent » ailleurs, à Arçay par exemple. Les touristes n'ont prévenu leur hôte qu'une heure et demi après.

    De quel droit cette institution s'octroie elle l'autorisation de faire crever Marans ?

    Une nouvelle fois, la Politique pourrit tout. Scandaleux.

    Les hébergeurs vont devoir réagir et refonder une association LOCALE indépendante pour défendre leurs intérêts.

     
    Repost 0
    Published by michel maitrehut - dans pour marans
    commenter cet article
    18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 10:51

    La Révision du Plan Local d‘Urbanisme est opposable à la fois sur la forme et sur le fond.

     

    Sur la forme :

    • La réunion « publique » du 26 mars 2012 n’a pas fait l’objet d’une convocation publique et certains journaux n’ont reçu l’information qu’après la date de bouclage de leur parution. De plus, si l’information avait été faite dans les formes, la salle de mariage de la Mairie n’aurait pas été assez grande.
    • Le dossier mis en enquête publique n’est pas conforme à celui soumis aux élus. En effet, un plan daté du 12 septembre 2012 y a été ajouté, plan que la DDTM refuse de diffuser par ailleurs. Je l’ai réclamé par téléphone. Or, dans ce plan TOUT Marans est soit inondable, soit submersible. Il me semble que cette information intéresse tous les marandais et ne doit pas se limiter aux quelques initiés de l’enquête publique.

    La Mairie a déjà mis en application ce nouveau PLU, utilisant faussement l’artifice de la révision du PLU au risque de se trouver poursuivie au Tribunal Administratif.

     

    Sur le fond :

    Les hypothèses de cette révision sont fausses :

    • Débordement de la Sèvre Niortaise : ce n’est pas la Sèvre qui déborde mais les terres enclavées qui ne peuvent se vider quand la Sèvre est haute ;
    • L’axe central est conservé à Grande circulation empêchant tout projet d’aménagement et oubliant l’étude en cours du contournement de Marans. A ce sujet, aucune réserve foncière n’est envisagée et ne peut s’envisager pour le Contournement sans la décision du département issue de l’étude en cours. En tant que Président de l’Association pour la Sauvegarde de l’Environnement Marandais, je rappelle que je participe à ce débat. Un comptage dont je suis destinataire vient de me parvenir prouvant que cette étude est primordiale pour le devenir de notre ville ;
    • Un PPRT est en cours d’étude. L’enquête publique commence le 22 octobre 2012. Il est anormal que le PLU soit approuvé avant la mise en place de ce PPRT même si son approbation s’impose. C’est mettre la charrue avant les bœufs.
    • Il en est de même pour le PPRN qui n’est pas encore accepté (à part l’embryon de plan du 12 septembre « parachuté » dans le dossier).
    • Lors de la réunion du 13 juin 2012, les élus ont informé l’assemblée que tous les éléments émanant de la Préfecture n’étaient pas encore en leur possession !!!

     

     

    Par ailleurs :

    • Des aires sportives au Vivier, achetées pour cette destination et payées en conséquence sont changées d’affectation pour être rendues constructibles et données à des particuliers.
    • Un parking « inutile » est prévu en bord de Sèvre dans une zone Nature et régulièrement inondée.
    • Un autre parking « inutile » est envisagé à l’emplacement de l’ancien Cinéma REX, ce dernier pouvant être l’objet d’une autre utilisation culturelle ;
    • Les niveaux de construction envisagés dans le dossier et surtout dans le dernier plan du 12 septembre sont insensés et laissent entendre que la collectivité se dégage de la réalisation, de l’entretien des digues et des ouvrages d’art. Le niveau retenu est celui de la vague de Xynthia au Môle d’escale, niveau qui m’avait été donné par le Préfet lui-même et par courrier. Des portes viennent d’être refaites aux Enfrenaux et leur niveau serait inférieur de 2 mètres par rapport au besoin de ce secteur ;
    • Les terres agricoles verraient leur avenir sous les eaux en même temps que le Grenier de l’Aunis ;
    • En acceptant cette révision dans l’état, les propriétaires des biens ne sont pas certains de pouvoir reconstruire leur maison en cas de sinistre et ne savent pas le mode d’indemnisation espéré, ni l’influence que ce plan aura sur les cotisations d’assurance ;
    • En fonction de l’hypothèse de la route à grande circulation, le projet touristique envisagé au Nord de Marans n’est pas réalisable puisqu’il sera impossible de construire à une distance inférieure à 75 mètres de cet axe ;
    • A ma connaissance, le projet de construction sur le port est à revoir, étant donné que le sol est propriété de l’Etat, la commune n’en ayant que la concession ;
    • La création d’une zone commerciale à l’Ouest de la ville est inopportune pendant que le centre ville meurt du fait de l’absence d’un plan de circulation adapté et des problèmes de stationnement. Pour moi, c’est une preuve que la municipalité demande un contournement de Marans et prend des décisions contraires à sa réalisation ;
    • Il y a presque 40 ans, la ville avait prévu d’acheter un terrain pour les gens du voyage. Rien depuis, sinon des réactions extrêmes.
    • En ce temps de développement nécessaire des transports publiques, une gare routière est indispensable et je n’ai rien lu sur ce sujet ;
    • Rouvrir la gare SNCF sans lui apporter une rentabilité n’est pas sérieux. Je ne peux penser que les utilisateurs des bus SNCF qui l’empruntent à partir du centre ville, aillent à la gare qui se trouve excentrée.
    • Des éléments de notre patrimoine ne sont toujours pas envisagés d’être protégés au risque de laisser la spéculation prendre le pas sur l’histoire ; je demande de revoir l’étude sur le foncier ouest de la rue d’Aligre qualifié de « bâti dégradé », car d’autres solutions existent pour mettre ce bâti en valeur
    • Un rapport ATMO a été réalisé, montrant la pollution de la rue principale. Il n’en a pas été assez tenu compte dans les options d’aménagement du centre ville ;
    • Un PLU n’est pas une vue de l’esprit mais une vision pragmatique de l’avenir de notre commune ; qu’en est-il d’hôtels d’entreprises pour la création d’emploi, de maison d’associations, de réserves foncières sur l’est de la commune,…. ?
    • Garder une réserve foncière pour l’A831 était obligatoire par rapport à un dossier « encore » en cours, mais parler de réserver une ancienne ferme pour développer une activité liée à « LA MARANS » en oubliant l’association LA POULE DE MARANS qui a pourtant relancé l’attractivité de ce patrimoine ne peut être qu’un « oubli ».
    • La zone entourant SIMAFEX classée Ubc doit changer d’affectation, voire même déclassée.Il paraît inconcevable de laisser construire des maisons même avec des locaux de confinement dans une zone à risques. C’est encore la preuve que le PLU ne peut pas être approuvé sans la conclusion de toutes les études en cours ;

     

    CONCLUSION :

     

    Ce projet est incomplet et fondé sur des réalités qui ne sont pas celles de Marans. Inopportun quant à ses options, il faut le reconsidérer une fois connus les PPRT et PPRN. Il faut le réétudier et proroger son acceptation.

    En ce qui me concerne, il m’amène à être présent aux prochaines élections municipales car en cas d’élection, je m’engage à le revoir dans les meilleurs délais.

    Tel qu’il est, il sonne le glas pour Marans (et les Marandais). Il ruine le patrimoine de toute la population, patrimoine acquis au prix de nombreux sacrifices.

    Le faire passer en catimini rendra les responsables comptables devant l’histoire.

    Repost 0
    Published by michel maitrehut - dans pour marans
    commenter cet article
    9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 17:09

    Depuis longtemps, nous savions qu'à Marans une usine à risque existait de niveau SEVESO 2.

    Je m'en étais ému au cours des différentes campagnes électorales et avais inscrit dans mon programme de 2008, l'obligation de faire un Plan de Prévention des Risques Technologiques.

    Cette démarche est en cours et je m'en félicite.

    Aux dires du Directeur de Cabinet du Préfet, elle devrait se clôturer le 29 décembre 2012.

    Dans le cadre de son instruction, une réunion publique s'est tenue le 2 juillet 2012 à la Salle du Monastère.

    A part les représentants des institutions, de l'entreprise SIMAFEX, j'ai pu reconnaître dans l'assemblée: 2 représentants de la Mairie de Marans, 4 riverains, un représentant d'association extérieure, et....

    Au cours de la présentation, les risques que je savais et que je redoutais, nous ont été exposés:

    • Risques Thermiques: au nivau des parcs à fûts,

    • Risques de Surpression: liés aux stocks des solvants en vrac,

    • Risques Toxiques: liés à l'épandage des produits chimiques.

    Certains des riverains ont été surpris d'être seulement informés des risques qu'ils encourent et de l'effondrement du coût de leur patrimoine qu'ils pensaient utiliser pour assumer leurs vieux jours.

    Ils ont appris aussi qu'ils allaient devoir construire des "locaux de confinements" à leurs domiciles pour se réfugier en cas de sinistre.

    Ces aménagements "obligatoires" dans un délai de 2 ans seraient financés à 23% par la commune, 23% par l'entreprise SIMAFEX et le reste serait à leur charge. Tout cela dans la limite de 10% de la "valeur vénale"!

     

    Bien sûr, étant présent, j'en ai pris note et ai posé quelques questions, d'autant plus que la surprise et le désarroi des riverains étaient plus que palpables.

    1. Les associations intéressées auraient été convoquées: L'ASEMA (Association pour la Sauvegarde de l'Environnement Marandais) n'a jamais été convoquée. C'était apparemment normal. Je note que les associations intéressées ne vivent pas à Marans......

    2. Des portes ouvertes ont été organisées par l'entreprise pour les riverains: j'ai regretté que tous les Marandais n'aient pu y participer. Que je sache, le nuage de Tchernobyl ne s'est pas arrêté à la frontière...

    3. Le Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) s'imposera au Plan Local d'Urbanisme (PLU) que la Mairie de Marans veut réviser "à la Hussarde": La révison du PLU devrait attendre au moins l'adoption du PPRT soit fin décembre 2012. Or l'enquête publique du PLU commence le 17 septembre.....

    4. Produits hautements cancérigènes: lors de l'enquête préalable, j'étais allé lire le dossier en Mairie, et j'ai pris connaissance de l'existence de stockage de produits hautement cancérigènes. Dans l'exposé, j'ai noté qu'on n'en parlait pas. J'ai demandé s'ils étaient cancérigènes à l'intérieur ou à l'extérieur de l'usine. Je n'ai pas eu de réponse.

    5. Transport des produits dangereux: j'ai noté que toutes les précautions sont prises pour le stockage des produits incriminés mais qu'en est-il de leur transport? Par où passent-ils pour parvenir à l'usine? Les riverains, sont ils prévenus du risque encouru? C'est la raison pour laquelle je préconise qu'un cheminement particulier soit mis en place, en créant une route au sud de l'entreprise en liaison et parallèlement avec le réseau ferré, d'où une implication avec le PLU!!!

    6. L'établissement de la valeur vénale des biens: Etant du métier, je suis dans l'impossibilité de donner une quelconque valeur à une maison pourvue d'un local de confinement. Ce qui est sûr, c'est que la valeur du bien est fortement dévaluée. Le Sous Préfet a déclaré que les Domaines étaient passés et avaient donné des valeurs aux riverains, ce que l'un d'entre eux a immédiatement démanti

            Pour être équitable dans cette affaire, je pense que les responsables de cette situation doivent se mettre d'accord pour s'engager à acheter les biens aux conditions à négocier avec les Domaines (valeur réelle sans présence d'usine). Ils pourraient servir de logements de fonctions aux salariés de l'usine, par exemple.

           Quant aux responsables, il y en a 3: l'Etat qui a laissé s'installer et s'étendre l'usine, l'entreprise SIMAFEX qui s'est étendue au mépris de la sécurité des Marandais, la Municipalité de Marans qui a accordé des permis de construire sans se soucier de la sécurité de ses concitoyens.

     

    COMMENT DECIDER DU BIEN FONDE DE LA REVISION D'UN PLAN LOCAL D'URBANISME DANS CES CONDITIONS?


    CE N'EST PAS SERIEUX.


    MAIS J'Y REVIENDRAI....

    Repost 0
    Published by michel maitrehut - dans pour marans
    commenter cet article
    31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 06:59

    Nous venons de recevoir Charlène et moi deux courriers émanant de la mairie nous interrogeant sur notre adresse postale.


    Ce courrier posté au prix de 53 centimes, plus l'enveloppe, plus le papier , plus le temps de l'employé doit au moins avoisiner l'euro de dépense.


    A Marans, il y a plus de 3 300 inscrits sur les listes électorales.


    Si chaque électeur a reçu la même lettre, cela a coûté au moins 3 500 euros à la collectivité.


    Pourquoi ce courrier?


    Réféchissons un peu:

    • si l'adresse est bonne, je suis invité à ne pas répondre: rien ne change,

    • si l'adresse n'est pas bonne, le courrier ne va pas arriver à son destinataire: pas de réponse non plus sinon des éventuels retours postaux. Une façon de faire travailler la Poste, ...

    Il est des moments où je me questionne sur la qualité des conseils qui sont donnés à nos élus, car l'employé qui n'a fait que son travail doit avoir un chef, du moins il me semble!


    Est-ce avec ce même raisonnement que

    la révision du Plan Local d'Urbanisme a été "pondue"?

    je le crains.


    Mais je vais y revenir très très prochainement,

    révolté que je suis sur "sa" qualité.

    Repost 0
    Published by michel maitrehut - dans pour marans
    commenter cet article